CONGRÉS APSP 2015. RÉSUMÉ. ABSTRACTS.

NANOPARTICULES ET PEDIATRIE

NANOPARTICULES ET PEDIATRIE : Les nanoparticules et enjeux du futur

Prof. Nadine MILLOT

Laboratoire Interdisciplinaire CARNOT de Bourgogne

Département « Nanosciences »

L’utilisation des nanoparticules en santé connaît un essor particulièrement exceptionnel ces dernières années. Des nanograins sont associés à des molécules organiques pour « vectoriser » des médicaments (chimiothérapie, anti-inflammatoires…). Des nanoparticules sont également utilisées comme agent de contraste en imagerie médicale, notamment en IRM ; plus récemment, les enjeux concernent l’imagerie multimodale, c’est-à-dire l’association de deux techniques d’imagerie complémentaires, pour améliorer le diagnostic, comme le couplage de l’IRM et de la TEP (scintigraphie), les nanomatériaux doivent aussi relever ce défi. Les nanoparticules sont également développées comme agents thérapeutiques. Dans ce dernier cas, les nanoparticules, via des phénomènes physiques émanant de leur composition et/ou de leur taille, vont par exemple conduire à la destruction de cellules cancéreuses par hyperthermie ou radiosensibilisation.

Un bref état de l’art sera ainsi présenté avec notamment les travaux d’un laboratoire de nanomédecine pédiatrique implanté aux USA et les derniers essais cliniques engagés (notamment en France). Les résultats récents obtenus par le département Nanosciences de Dijon seront également présentés, ils concernent les conclusions d’une étude préclinique sur la radiosensibilisation de cancers induite par des nanotubes de titanate ; les travaux relatifs à des nanoparticules d’oxydes de fer actives à la fois en IRM et en TEP seront également exposés.

Les notions de « risque nano » seront également abordées avec notamment un bilan sur les connaissances actuelles en terme de toxicité et de biodistribution.

Nanoparticules d’oxyde de fer théranostiques couplées à des radioélements pour permettre leur détection en scintigraphie.

[1] L. Maurizi, A.L. Papa, L. Dumont, F. Bouyer, D. Vandroux, P. Walker, N. Millot, J. Biomed. Nanotechnol. 11, 126–136 (2015)

[2] A.L. Papa, L. Dumont, D. Vandroux, N. Millot, Nanotoxicology 7 (6), 1131 (2013)

[3] C. Mirjolet, A.L. Papa, G. Créhanges, O. Raguin, G. Truc, P. Maingon, N. Millot, Radioth. Oncol. 108, 136 (2013)

[4] C. Mirjolet, J. Boudon, A. Loiseau, S. Chevrier, T. Gautier, R. Boidot, J. Paris, N. Millot, G. Créhange, Eur. J. Cancer 50 (6), 67 (2014)

[5] A.L. Papa, J. Boudon, V. Bellat, F. Sallem, A. Loiseau, R. Chassagnon, V. Bérard, N. Millot, Dalton Trans. 44, 739-746 (2015)

[6] J. Paris, Y. Bernhard, J. Boudon, N. Millot, R. Decréau, RSC Adv. 5, 6315-6322 (2015)

[7] Book Chapter « Titanate nanotubes as a versatile platform for nanomedicine » J. Boudon, A.L. Papa, J. Paris, N. Millot, Nanomedicine, One Central Press, UK (2014)

[8] International pattern «Nanostructure à base de titanate pour la régénération et l’ingénierie tissulaire», WO 2014/079890 A1, N. Millot, D. Vandroux, V. Bellat

 

 

 

Pr Alain CALENDER

L’épigénétique, un médiateur incontournable de la relation génotype – phénotype dans les maladies humaines

Pr. Alain CALENDER

Oncologie et Génétique

Hôpital Edouard Herriot

Hospices Civils de LYON 

L’épigénétique correspond à l’étude de toutes les modifications du génome et de son expression, héritables ou non, et qui ne sont pas liées à un changement de la structure primaire de la séquence d’ADN. Au-delà des mécanismes biologiques qui concernent toutes les phases de la vie cellulaire, du développement au cycle cellulaire, de la réparation des erreurs de réplication de l’ADN génomique au vieillissement et à la réponse aux stress, l’épigénétique peut être considérée comme une vaste zone d’interface entre le génome et l’environnement, tous facteurs confondus, et ce, dans toutes les maladies humaines. Sa compréhension est le challenge du XXIème siècle, après la découverte de la structure primaire des quelques 23000 gènes humains. Nous aborderons les aspects théoriques de l’épigénétique au cœur de la chromatine et de la régulation de l’expression des gènes, notamment par le code des histones, et examinerons à travers quelques exemples les conséquences en termes d’expression du phénotype dans certaines affections pédiatriques. Les retards mentaux liés à une instabilité génomique (exemple du X-fragile), les pathologies liées à une anomalie du développement cérébral (troubles du spectre autistique, maladies neuropsychiatriques) et le cancer représentent à ce jour les domaines les plus représentatifs des conséquences concrètes de l’épigénétique dans la prise en charge des patients. Une connaissance parfaite des mécanismes de l’épigénétique, gène par gène, ou pour chaque  réseau fonctionnel (ou network), est absolument essentielle au développement de nouvelles thérapies ciblées.

 

Métabolomique – fluxomique « Acides aminés d’hier et de demain

       « Cas de la Taurine » « implication dans quels domaines »

Pr Benjamin RAKOTOAMBININA

Université Antananarivo –collaboration CHU Necker -UMR Nantes

Parallèlement au développement du projet Génome Humain dans les années 90, le XXI siècle est et sera de plus en plus marqué par le développement de l’ère omique (Omics). Il en dérive plusieurs domaines d’applications déclinés selon une dénomination construite de la même façon : le radical de la discipline scientifique suivi du suffixe omique tel génome ensemble des gènes) d’où génomique, le protéome (ensemble de protéines). d’où protéomique. Si la transcriptomique mesure les niveaux de transcription des mRNA, la métabolomique couvre l’étude du métabolisme à travers l’identification détaillée et la quantification de ses sous-produits biochimiques appelés les métabolites cellulaires des biofluides, des cellules; des tissus et des organes chez le vivant. La fluxomique est la science qui définit le turnover des molécules, leurs flux cinétiques ou encore les vitesses réelles des réactions biochimiques opérationnelles in vivo de tout un réseau des voies métaboliques d’un système biologique. La fluxomique requiert à la fois une expérimentation utilisant un marquage isotopique (de préférence par des isotopes stables pour les groupes éthiquement protégés tel nouveaux nés, prématurés, femmes enceintes) et une modélisation mathématique pour le calcul des vitesses. La méthode de mesure des isotopomères pour la fluxomique se base sur une plateforme analytique centrée principalement sur un tandem i.e., résonance nucléaire magnétique (NMR) et la spectrométrie de masse (MS ou MS/MS). Le lien avec la science de la nutrition est tout à fait naturel tant pour les études chez l’homme sain que le malade; donc il s’ensuit une meilleure compréhension des maladies.

Cette approche de la dynamique complexe des métabolites et de toutes les interactions métaboliques et régulatrices au sein de l’organisme peut se sectoriser sur un type de métabolisme, par exemple celui des lipides ou des protéines et de là les acides aminés (aa)

Une vingtaine d’acides aminés sont présents dans l’organisme humain, soit sous forme libre (<2 %), soit sous forme liée, incorporés dans les protéines (98 %). L’expérience princeps réalisée au milieu du XXe siècle par Rose a permis d’identifier les aa essentiels, non essentiels puis conditionnement essentiels, basé sur le seul bilan azoté, supplanté actuellement par les données issues des méthodes des flux isotopiques. Avec l’émergence de la fluxomique, les flux de nombreux acides aminés sont connus, la détermination de la synthèse, de la dégradation protéique et de leur oxydation rendue possible. Les flux de la plupart des acides aminés non essentiels tel la glutamine (flux mesuré à 400 à 500 µmol/kg par heure).sont plus élevés que ceux des acides aminés essentiels pour lesquels les flux sont corrélés à leur abondance dans les protéines musculaires. Par contre, certains acides aminés non essentiels ont des flux de production faibles. Ils font l’objet de regain d’intérêt, d’où leur émergence comme c’est le cas de l’Arginine-la Citrulline et la Cystéine – Taurine.

  1. i) le couple arginine-citrulline

La première est connue pour sa relation avec le monoxyde d’azote (Prix Nobel Médecine 1998) et son rôle dans l’immunité , son flux est 60 à 80 µmol/kg par heure); la seconde étant un acide aminé non protéinogénique. Non apportée par la nourriture sauf par la pastèque, en conséquence, toute notre citrulline doit être synthétisée à partir de la destruction intestinale de divers autres acides aminés comme la Glutamine et l’Arginine. Son flux est environ 10 µmol/kg par heure comparé au flux de la leucine de 100 µmol/kg par heure. Des multiples rôles jusqu’alors insoupçonnés sont dévoilés comme son statut d’antioxydant majeur; de stimulant immunitaire, de précurseur de l’arginine, et de marqueur de la fonction intestinale. La citrulline est promise à de larges perspectives pharmacologiques et à un rôle de biomarqueur émergent pour le futur(Kaore SN).

  1. ii) le couple cystéine-taurine

La première est connue pour être un acide aminé sulphuré non essentiel, synthétisé à partir de la méthionine, seul acide aminé soufré indispensable chez l’adulte sain. Son flux peut atteindre 40 à 55 µmol.kg-1.h-1. La supplémentation en cystéine corrige le déficit en glutathion, un tripeptide antioxydant de référence.

la seconde est un acide aminé non protéinogénique, dit sulfonique. La taurine est issue de la dégradation des acides aminés soufrés que sont la cystéine et la méthionine. La taurine est présente dans l’ensemble des tissus, plus particulièrement à une concentration élevée au niveau des tissus électriquement excitables: le cerveau, la rétine et le myocarde.

Elle a un turnover très lent. L’intérêt de la taurine est revu dans la mixture des laits et des laits maternisés en pédiatrie. A présent, on ne peut plus limiter son rôle archi-connu à la conjugaison des sels biliaires, d’autres effets ont été mis en évidence, jusqu’à la trouver incluse dans la composition des boissons énergisantes.

La taurine joue un rôle majeur pour l’organisme, elle est impliquée dans un large éventail de fonctions biologiques et physiologiques: l’osmorégulation, la stabilisation de membrane, la modulation de calcium, l’anti-oxydation, et l’immuno-modulation. Les vertus mais aussi risque de la taurine seront brièvement évoqués.

Conclusion

Au départ ces anciens acides aminés, relégués au deuxième rang de non essentialité, viennent occuper le devant de la scène de la recherche en nutrition bénéficiant de la technologie émergente des Omics. D’autres rôles sont élucidés, leur conférant le qualificatif d’aa à effet pléiotrope. Les recherches s’orientent de plus en plus vers la compréhension des mécanismes moléculaires de ces acides aminés dits fonctionnellement essentiels ou considérés comme pharmaco-nutriments. ou immuno-nutriments. La tendance de la nutrition entérale/parentérale tend vers la supplémentation par une formule combinant à des degrés divers des substances immuno-
stimulatrices ou immuno-modulatrices selon le cas : Glutamine, Arginine, Citrulline et Taurine, Acide Gras Omega-3, voire des Nucléotides, d’un intérêt avéré et majeur dans les situations critiques d’agression, choc, sepsis… exposant souvent à un stress oxydant majeur.

 

CONGRES APSP DIJON 2015

A l’occasion du 2nd. Congrès de l’Association des Pédiatres du Sud de Paris, qui a eu lieu  à DIJON, le 14-15 juin  2015, beaucoup de nouvelles données de la science nous ont été transmises par :

 

le Pr Nadine MILLOT, chef du Département de Nanosciences de l’université de Bourgogne,

le Pr  Alain CALENDER, Chef du département de Biologie Moléculaire des Hospices de Lyon,

le Pr Benjamin Rakotoambinina de l’Université de Nantes et de Antananarivo

et le Pr Monique DUMAS, Vice-président de recherche de l’Université de Bourgogne.

 

Trois sujets de recherche dans les domaines des Nanoparticules, de  l’Épigénétique et  de la vitesse de fluides des Acides Aminés.

 

La complexité des éléments et des données  a été éclairée par la compétence des orateurs. Comprendre, de façon simple, l’impact de l’utilisation des nanoparticules en  diagnostique et en  thérapie et les conséquences sur l’avenir,  l’importance et la portée de l’épigénétique dans toutes les maladies humaines, et la vitesse de mouvements  moléculaires, dans l’action et les réactions tissulaires et métaboliques.

Quelques bribes des séances seront toujours les bienvenues.

Après nous avoir montré en image l’échelle du métrage, le Pr Millot, nous a plongé dans le NANOMONDE.

Nous avons bien compris que le Nanomonde  était situé  entre la taille d’une molécule et la taille de l’ADN. Entre 1 et 100 nm. Une réalité qui reste toujours virtuel. !

En résumé :

Un Nomatériau :

c’est un matériau granulaire dont les grains font entre 1 et 100 nm

Une Nanoparticule :

est définie par la norme ISO TS/27687 comme un nano-objet dont les trois dimensions sont à l’échelle nanométrique, c’est-à-dire une particule dont le diamètre nominal est inférieur à 100 nm environ

Nano = 10 -9    = 1 milliardième

Exemples de Nanoparticules :

ZnO,

Al(OH)3

CeO2

TiO2O

Oxydes de fer Fe3(1-d)O4

Titanate nanotubes: TiONts

 

Pr Nadine Millot.

 

Les Nanoparticules peuvent être fabriquées par l’homme, mais elles font aussi  partie de notre environnement.

L’air chargé contient  10000 nanoparticules par cm3. 10 % sont  le produit des activités humaines et 90%  proviennent  de la nature : érosion, biomasse, sels marins, poussières volcaniques, cosmiques etc.).

La contamination  peut  être  aiguë ou Chronique. Elle s’est fait par voie cutanée, respiratoire ou par voie digestive.

Par voie respiratoire le risque dépend  de leur taille.

De 5 à 100 nm, 18 %   se trouveront dans les alvéoles, 4 % dans l’arbre bronchique, 3% en extra-thoracique et 75% seront expulsées.

En suite, elles passeront dans le  torrent circulatoire  en fonctions des facteurs intrinsèques :   dimension,  solubilité, surface, forme, structure, composition chimique et  la  façon de s’agglomérer.

Réduction des risques 

Comment  réduire les risque de dissémination lors  de l’utilisation des nanoparticules  à de fins thérapeutiques:

  • Introduisant les nanoparticules dans une matrice solide (nanomatériaux)
  • Ou en suspension dans une matrice liquide (nanofluide)

Par contre, elles deviennent très dangereuses lorsqu’elles sont en état de poudre.

Domaines d’application bio-Médicale

Oxydes de Fer dans l’Imagerie Médicale Multimodale

Nanotubes de Titane comme nouveaux radio-sensibilisants dans le Glioblastome et le cancer de la Prostate

Ces nanotubes de Titane, expérience Dijonnaise, sont de nouveaux vecteurs pour la radiothérapie du cancer de la prostate.

Un nanomédicament issu de la recherche :  le DOCETAXEL

DOCETAXEL

La vectorisation de cette molécule a pour objectif  de limiter les effets délétères des Taxanes Pp

Pr Nadine MILLOT

 

 

 

Une réflexion sur ces données 

Il était important  de bien comprendre les conséquences de l’utilisation de ces nanoparticules. Une question serait-elle  pertinente : entre les bénéfices et les risques une balance en équilibre serait-elle  nécessaire compte tenu du développement  biotechnologique impressionnant que nous connaissons aujourd’hui ? Ne serait-il préférable de la faire décliner  vers les risques, en les mesurant bien sûr,  que de ne rien y  essayer ?

Malgré les conséquences liées à l’utilisation des nanoparticules,  la science doit  avancer, en mesurant, évaluant , limitant ces risques, les connaitre et en fin les éviter. Un long chemin que la recherche connais très bien.

Article rédigé par le Président de l‘APSP.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME DE L’ASSOCIATION 2015

23 SEPTEMBRE. « LES ALLERGIES CROISÉES »
EXPERT: Dr PHAN THI
LIEU:  » PAR FAIM D’ARÔMES » FONTENAY AUX ROSES.

HORAIRES: 20:00-23:00

14 OCTOBRE  » L’ALIMENTATION CHEZ L’ENFANT OBÈSE »
EXPERT: Madame CHANDARA SIM
LIEU:  » LE COIN CUISINE » LE PLESSIS ROBINSON

 

 

26 NOVEMBRE  2015

« DERMATOSES BULLEUSES DE L’ENFANT »

Dr François PRIGENT

HORAIRES: 20:00-23:00

Restaurant   l’île à Issy les moulinneaux

170 Quai de Stalingrad, 92130 Issy-les-Moulineaux
Téléphone :01 41 09 99 99

https://www.google.fr/maps/vt/data=RfCSdfNZ0LFPrHSm0ublXdzhdrDFhtmHhN1u-gM,hVq_-FaRfcp6yMMdEfpdK8rGpfvYWrS9FdQD2vHpJ7kZpzpmJyH3yFHztRUcX3W3s7auzOGjBiVWtTVlef4pwpir206CU4nIg0NO0wQR4-4hJu3H3C50zVilIeMzWeIdz79wPITedQ8sWw

 

 
16 DECEMBRE
EXPERT: Dr BERTRAND DELAISI

  • HORAIRES: 20:00-23:00
  • LIEU: Restaurant « LA GRILLE »
  • 13 Rue Michel Charaire
  • 92330 SCEAUX

www.bistrolagrille.fr

https://www.google.fr/maps/place/La+Grille/@48.778079,2.2940559,15z/data=!4m2!3m1!1s0x0:0xd1de0aa4a1b01024?sa=X&ved=0CHYQ_BIwC2oVChMIiJar2_HvyAIVSckUCh3hCAeh

 

 

 

 

 

2nd Congrès de l’Association des Pédiatres du Sud de Paris les 13 et 14 Juin 2015 à Dijon

WP Google Maps Error

In order for your map to display, please make sure you insert your Google Maps JavaScript API key in the Maps->Settings->Advanced tab.

WK. 13-14 JUIN 2015

Programme et formulaire d’inscription APSP Congrès Dijon 13-14 Juin 2015

Le programme

  • Modérateur Pr Monique DUMAS Vice-Président Recherche du CHU de Dijon

    14h00 Présentation du programme

    Dr Marc HUMMEL

    14h15- 15h00 : NANOPARTICULES ET PEDIATRIE

    « Les Nanoparticules, enjeux du Futur »

    Pr Nadine MILLOT. PU. Département Nanosciences, UMR 6303 CNRS/Université de Bourgogne

    15h00- 15h45 : CHIRURGIE NEONATALE PEDIATRIQUE
    « Nouvelles Techniques en Chirurgie Néonatale. Tumeurs de diagnostic ante et

    néonatal, devenir et prise en charge »

    Dr Pascale PHILIPPE-CHOMETTE. PH. Chirurgie Digestive et Urologique Pédiatrique. Chef de l’unité des tumeurs solides de l’enfant

    Hôpital Robert Debré.

    15h45-16h15 : PAUSE. VISITE DES STANDS. 16h15 – 17h00 EPIGENETIQUE

    «L’Epigénétique, un médiateur incontournable de la relation génotype – phénotype dans les maladies humaines »

    Pr Alain CALENDER. PUPH. Chef de Service Unité Oncologie et Génétique. Hôpital Edouard Herriot – Hospices Civils de LYON

    17h00- 17h45 NUTRITION METABOLISME

    METABOLOMIQUE FLUXOMIQUE

    «Flux des Acides Aminés. Les Acides Aminés d’hier et de demain. Cas de la Taurine, Citrulline… Implication dans quels domaines. »

    Pr Benjamin RAKOTOAMBININA. PUPH. UFR Physiologie -Nutrition Université d’Antananarivo. UMR 1280 Adaptations Nutritionnelles. CHU Necker.

    17h45- 18h15 : DISCUSSION

    DIMANCHE 14 JUIN

    10h00- 12h00 CONCLUSIONS. ASSEMBLEE GENERALE DE L’APSP

CONCLUSIONS

Programme et formulaire d’inscription APSP Congrès Dijon 13-14 Juin 2015

Newsletter du Mercredi 26 Février 2014

Quotidien du médecin 9 Janvier 2014

GARE aux TORTUES et autres REPTILES

Danger d’infection à Salmonelles pour les jeunes enfants exposés à ces nouveaux  animaux de compagnie.
En 2003, trois pour cent des foyers en possédaient, la plupart du temps des tortues.  Le centre de référence de l’institut Pasteur vient de faire une étude chez des enfants de moins de 5 ans.
Sur 41 enfants on a isole 9 sérotypes différents, 13 enfants avaient un risque  confirme soit 32 pour 100 et 2 enfants ont présenté une méningite.
la même salmonelle a été retrouvée chez l’enfant et son lézard.
E n France il n’existe pas de recommandation contrairement à d’autres pays ciblant les propriétaires, les animaleries, et le personnel de la petite enfance ;
Il y a donc une nécessité de plaquettes d’information: un animal non malade peut transmettre les salmonelles, l’habitat et les vêtements peuvent être contaminés, la salmonelle persiste dans l’environnement.

PLAGIOCEPHALIE et TRAITEMENT par CASQUE (orthèse)

Intriguée par une consultation d’un très jeune enfant de la région toulousaine porteur d’un casque pour redresser une plagiocephalie j’ai souhaité en savoir plus….
Cette pratique est rare en France sauf dans certaines villes dont Toulouse et Lyon et Angers, mais pratiquée avec succès dans les pays voisins dont l’Allemagne ou d’ailleurs la famille avait vécu .ainsi que la Belgique, l’Angleterre, et l’Espagne..

Plutôt que de rassurer sur l’avantage des cheveux pour camoufler nous pourrions peut être mieux conseiller les parents. (allez voir plagiocéphalie à Lyon )

BREVES DE DERMATOLOGIE 20 Janvier 2014 Necker Peau’se Cafe

C.Bodemer
– Mastocytose de l’enfant
Ne pas oublier le bilan phospho-calcique car risque de déminéralisation massive
– Evolution des bébés collodion

Disparition de l’Ichtyose; La sévérité ne préjuge pas de l’évolution a long terme

–  Henné noir ATTENTION au risque d’allergie+++

–  En cas de gouttières unguéales, penser aux tumeurs en voie de constitution liées à la Sclérose de Bourneville.

–  Modifications du « pied, mains, bouche» infection à Entérovirus qui devient souvent «bras, cuisse, face »

Le diagnostic par PCR a entérovirus cutané ne se fait pour le moment qu’à l’hôpital.

Formes gravissimes jusqu’à mortelles en Asie

Il n’y a pas de passage de la barrière placentaire

–  PILI MIGRANS: migration pilaire dans les couches superficielles de l’épiderme ou le poil migre en formant un cercle.

–  DACTYLIE BULLEUSE: grosse pustule tendue d’une phalange, se voit entre 2 et 16 ans, le plus souvent streptococcique, mono dactyle; percer, désinfecter, et mettre sous antibiotique

Dr Marie- Laurence Doucet-Ayamard

Edito

L’association des Pédiatres du Sud de Paris -APSP- a pour objet la promotion, le développement, l’enseignement de la pédiatrie, la formation médicale, l’évaluation des pratiques professionnelles.

Ces objectifs nous engagent dans les voies de la réflexion, présentes et futures, sur l’ensemble des pathologies infantiles, non seulement dans nos régions, mais dans le monde.

L’incidence et la prise en charge des nombreuses de ces pathologies nous préoccupent.

La recherche médicale nous a permis de mieux comprendre l’autisme, mais beaucoup de travail reste à réaliser. Dans l’obésité également. Ce fléau mondial se développe chez nos jeunes enfants. 42 millions d’enfants en surpoids dans le monde dont 35 millions dans les pays en voie de développement. Le suicide des adolescents, deuxième cause de mortalité après les accidents de la route, dont la prévention est difficile pose aussi pareils difficultés. D’autres maladies aussi imposent notre réflexion, notamment en terme de prévention : la pneumonie, le paludisme, la rougeole, la tuberculose, la diarrhée, le VIH. Ces maladies infectieuses représentent à elles seules 90% de la mortalité de toutes les maladies infectieuses. Plus de 2 millions d’enfants meurent chaque année de pneumonie dans le monde et la plus part dans le pays en développement1A ; 74000 meurent de tuberculose ; 2 millions d’enfants de moins de 5 ans meurent de diarrhée ; 1200 enfants par jour de moins de 15 ans contractent le VIH3 ; 627000 enfants de moins de 5 ans meurent du paludisme4 ; 150000 de moins de 5 ans meurent de la rougeole.5

Ce récit succinct nous incite à pérenniser notre action dans le devoir de la formation, de l’éducation sanitaire, de l’enseignement, et de la promotion de la santé. Une action qui doit être conduite conjointement avec tous les acteurs de la santé.

Les progrès diagnostiques et thérapeutiques développés à partir des bio-téchnologies nous font espérer un meilleur avenir. Beaucoup d’enfants bénéficient déjà de la thérapie génique, d’autres de la compréhension de mécanismes de l’ADN, de l’épigénétique, et aussi des connaissances récentes des mécanismes de fonctionnement et de l’utilisation des nanoparticules. Ces grands axes de recherche sont définis dans le respect des règles de la bioéthique au regard des normes et des valeurs humaines.

Malgré cet inquiétant état des lieux des maladies précédemment évoquées, ces nouvelles technologies doivent nous rassurer et nous servir d’élan dans les actions du futur.

Depuis mai 2007, naissance officielle de l’Association des Pédiatres du Sud de Paris, sous la responsabilité de son ancien président, l’un des membres fondateurs, le Dr Jean Luc Decline, les programmes de formation continue se sont succédé. L’organisation des nos réunions mensuelles, grâce à la qualité et l’actualité des travaux de nos orateurs, a toujours suscité l’intérêt des participants.

La continuité de nos réunions mensuelles demeure la base essentielle de notre formation. Elles doivent s’inscrire dans l’excellence et se situer à la pointe des connaissances actuelles. Les orateurs choisis, apportent des informations nécessaires à notre exercice professionnel quotidien et des enseignements issus de la recherche dans les domaines des pathologies infantiles.

Nous avons l’habitude de prendre en compte ces informations et aussi de les évaluer. Les avancées médicales constantes et évolutives, maintiennent cette exigence professionnelle. Le devoir d’instruction, tout au long de notre parcours professionnel, doit être validé par des groupes d’experts et c’est déjà le cas au sein de l’association.

Notre groupe, cohérent, empathique, compétent et amical, garde un dynamisme exemplaire. C’est un engagement « sans temps ni espace », avide de savoir et d’échanges, avec un seul objectif, le bien-être physique, psychologique et social de tous les enfants.

Le maintien de nos objectifs et de la vie de l’association dépend de cette énergie et d’un élément également très important qu’est le soutien régulier de nos partenaires.

En janvier 2013, j’ai eu l’honneur de prendre la responsabilité de l’association et je me suis engagé à maintenir le meilleur dans l’exigence de la formation, dans l’entente, l’harmonie et le professionnalisme.

Les défis de 2014, me tiennent à cœur : la continuité de la Formation Médicale Continue, l’évaluation des pratiques médicales, la création du site internet, et l’organisation de notre premier congrès en juin 2014.

Tous les membres de l’Association des Pédiatres du Sud de Paris, APSP, vous souhaitent la bienvenue sur leur site internet !

Dr. Raimundo Alviz

Programme de l’association 2014

JANVIER 22 janvier
Orateur : Dr Christophe Philippe. Pédo-psychiatre.
Sujet : « Adoption, mariage pour tous »
Lieu : « Le temps d’un rêve ». Antony.
7 Rue Jean Moulin  92160 Antony 01 46 68 57 01

FEVRIER 12 février
Orateur : Dr Guillaume Morel Chirurgien orthopédique pédiatrique.
Sujet : « Problèmes courants en orthopédie pédiatrique et port du casque dans les déformations fonctionnelles du crâne. »
Lieu : « le coin cuisine » Plessis

MARS 19 mars
Orateur : Dr Brigitte Rochereau. Médecin Nutricioniste.
Sujet : Stress, conduites et addictions alimentaires chez les adolescents
Lieu : « AU TRINQUET » 8 quai saint-exupery Paris 16

AVRIL 9 avril
Sujet : en attente
Lieu : en attente

MAI  21 mai
Orateur : Dr Delphine DEBOISSIEU. « Allergies »
Lieu : en attente.

«1er Congrès de l’Association des Pédiatres du Sud de Paris »
WK. 7 JUIN 2014
Lieu : Bordeaux

SEPT  24 sept
Confirmé.
Orateur : en attente
Lieu : en attente.

OCTOBRE

22 Octobre
Orateur : en attente
Lieu : en attente.

NOVEMBRE

20 Novembre à 20h
Orateur : Professeur Patrick TOUNIAN
Sujet : Allergie alimentaire infantile
Lieu : Restaurant « Les cèdres », Lycée des métiers des Côtes de Villebon, 3 rue Henri Etlin – 92360 MEUDON-LA-FORÊT

Présentation vaccin BEXSERO

IMG_6482

Vaccin récent contre le méningocoque B ( MenB) ayant obtenu son AMM en janvier 2013, il vient d’être commercialisé.

Issu de la recherche par extraction du génôme bactérien entier, il utilise des antigènes de surface membranaire, permettant la production, d’anticorps protecteurs à plusieurs souches responsables d’Infections invasives à Men B, méningites et septicémies, soit 85% des souches circulantes en France et ne sont pas spécifiques du Men B ( de C, Y135 et Y).

La montée des anticorps bactéricides est rapide et persiste après le rappel.

Les recommandations du HCSP est de cibler la vaccination aux populations ( personnels en contact, certains déficits immunitaires) et aux zones en situation de risque (Alsace, Seine& Marne, Somme et Pyrénées-Atlantique et non en stratégie généralisée.

Il n’y a pas de remboursement vaccinal par la SS mais certaines mutuelles la prennent en charge.

La vaccination peut se faire à partir de 2 mois et varie selon l’âge de début des injections, de 4 doses à 2 doses , en injection IM profonde , à la cuisse chez le nourrisson, au bras chez le plus grand.

Les effets secondaires sont semblables à ceux observés avec les vaccins classiques, semblant être majorés par la co-administration et au-delà de 11 ans.

Dr Touche Phuong

Programme de l’association 2013

SEPTEMBRE 25 septembre

Soutien : Opticiens Lissac. Rudolph Wolter. Responsable Relations médicales

Orateurs :

  • Dr Alexandra Guez. Ophtalmo pédiatre. Fondation Rothschild
  • Madame Marcelle CHALBOUB. Neuro- Orthoptiste. Sceaux.
  • Pascal LAJAUNIE : opticien diplômé responsable du magasin Lissac rue de Vaugirard, Paris 15ème

Sujets :

  • « Dépistage de troubles visuels, principes, intérêts, et prise en charge »
  • « Orthoptie et Pédiatrie »
  • « Lunettes Lissac, principes et technologie »

Lieu : Hôtel MERCURE Paris Porte de Versailles expo, 36-38 rue du Moulin, 92170, VANVES

OCTOBRE 23 octobre

Soutien : Laboratoire A DERMA. Délégué Médical Monsieur Romaric Dupont.

Orateur : Dr François PRIGENT. Hôpital Saint Louis. Paris.

Sujet : « Peau et Phanères »

Lieu : « Grand Bistrot de la Muette » 10 rue Chaussée de la Muette. Paris 75016

NOVEMBRE 20 novembre

Soutien: Laboratoire Chiesi. Déléguée Médicale Madame Myriam Compan.

Orateur : Dr Bertrand DELAISI. Hôpital Robert Debré.

Sujet : « Mucoviscidoses. Avancées »

Lieu : Restaurant « Par faim d’aromes »

1 Rue la Boissière 92260 Fontenay-aux-Roses
01 46 61 59 34

NOVEMBRE 23/24 novembre

Soutien : Laboratoire Blédilait. Déléguée Médical Monsieur Christian Leccia

Orateur :

-Dr Xavier de la Cochetiere. Médecin spécialiste en nutrition clinique et

Comportementale.

Sujet : Nutrition. troubles somatiques et psychiques

Lieu : Château-form dans les Yvelines

 

DECEMBRE 11 décembre

Soutien : Laboratoire MSD. Déléguée médicale Madame Sylvie Naudin

Orateur : Dr PHAM Thi. « Allergique et désensibilisation » . Hôpital Necker Enfants malades.

Lieu : L’ANGE VIN 81 EVENEUE ARISTIDE BRIAND ANTONY. 0142378822.